Les Assurances pour le ski

Le coût d'un accident de ski

Main menu: Accueil | Le coût | Les cartes | Les autres ... |

sample header image

Le coût d'un accident au ski

Un premier principe : toute personne accidentée doit être secourue - ouf ! En haute-montagne, en dehors des domaines skiables, il s'agit d'un service public assuré par les gendarmes (notamment le PGHM) et les CRS. Dans le périmètre d'une station de ski, on souscrit avec le forfait à une assurance de secours : les pisteurs et secouristes employés par la société de remontées mécaniques doivent intervenir.

Mais attention, l'assurance de secours - en fait d'être secouru- n'exclut pas de devoir en payer les frais : l’ordonnance généreuse du 11 mars 1733 qui instituait la gratuité des secours a été amendée par l’article 97 de la loi Montagne de 1985 et l’article 54 de la loi relative à la démocratie de proximité du 27 février 2002. La plupart des communes sur lesquelles sont situées des stations de ski ont embrayé et voté en conseil municipal le montant qui peut être facturé à tout un chacun qui se fait mal sur les skis.

A titre d'exemple, voici ce que facture une commune savoyarde d'un grand domaine : Zone Front de neige / Transport : 46€. Zone I – Rapprochée : 187€. Zone II – Éloignée : 327€. Zone III–Hors-piste :657€. Secours particuliers (recherches, avalanches,… ) : frais réels selon les tarifs horaires suivants. Chenillette : 164€. Scooter : 72€. Secouriste : 33€.

Exception : dans certaines communes, ce ne sont pas des entreprises privées qui assurent les secours mais le service départemental d'incendie et de secours (Sdis). Dans ce cas, c'est gratuit. Malheureusement, cette nouvelle organisation des secours a rétabli la gratuité partout sauf dans les domaines skiables !

Le coût d'un secours sur piste peut le plus souvent coûter déjà cher mais devenir prohibitif en dehors : plus de 600€ sans même le déploiement de moyens exceptionnels (un hélicopètre coûtant environ 50€ la minute par ex).

Si vous êtes en dehors du périmètre du domaine skiable (pistes et hors-pistes à l'aplomb des remontées), c'est-à-dire vraiment loin des pistes, en vrai hors-pistes (par ex, en dehors des pointillés du domaine sur certains plans des pistes), les secours sont gratuits car effectués par le peloton de gendarmerie de haute montagne, CRS, gendarmes ou encore pompiers qui facturent au Sdis.

Si ces moyens publics interviennent sur le domaine, c'est gratuit sauf la prestation du médecin et si des moyens privés de secours sont utilisés. Pas très simple !

Les frais médicaux sont eux pris au moins partiellement en charge par la Sécu et votre Mutuelle. C'est souvent ce qui est le mieux remboursé.

Si vous causez un accident à un tiers ou inversement êtes victimes d'un accident causé par un tiers, ça peut sembler étonnant à certains, mais c'est au responsable de rembourser. Exemples : vous avez refusé la priorité à un skieur en aval, vous alliez trop vite sur une piste réservée aux débutants, vous stationniez dans un endroit sans visibilité,votre ski est allé percuter un autre skieur comme dans Les bronzés font du ski. C'est la Multirisques Habitation (RC) qui prendra en charge les remboursements. A défaut, la mise en jeu de votre responsabilité peut coûter très cher !

Autre idée reçue : si je suis en cours de ski, en cas d'accident, je suis assuré. Et bien ... pas forcément : le moniteur est responsable seulement si vous prouvez qu'il a commis une faute en vous faisant prendre des risques supérieurs à vos capacités.

Je suis tombé du télésiège, que se passe-t-il ? L'exploitant n'est pas responsable si vous avez été "maladroit" ou si vous n'avez pas respecté les consignes de sécurité affichées.

Mon téléphérique s'est écrasé, je suis mort :) ? Bonne nouvelle cette fois-ci, c'est l'exploitant qui est responsable sauf, bien sûr, faute prouvée de votre part.

Les frais de rapatriement sont le plus souvent couverts par les cartes bancaires et/ou la Multirisques et/ou par l'assurance extra-scolaire des élèves.

Les frais indirects, comme le remboursement du forfait, de la location de skis, de la location d'appartement ou de l'hôtel, ... sont parfois pris en charge par les cartes bancaires haut de gamme et par les assurances Montagne spécifiques. Attention : des franchises et des plafonds sont le plus souvent prévus.